Entre deux tomates [🍅] et un jambon [🍗], apprenons [📚].

Buenos dias, holà la gente!

Je sais, je sais, en ce moment je prend du retard et je publie en semaine au lieu du week end, sorry sorry les amis.

Aujourd’hui, aucune inspi’.

Dans mes documents il y avait ça.

Cet article que j’ai écris il y a hyper longtemps.

Sur lequel j’ai passé un max de temps.

Et que je n’ai pas encore publié.

Askip bientôt il y a le bac toussa.

Les partiels et tout le tralala.

Je sais pas si cet article servira.

Dans tout les cas,

Le voilà.

Bref, on est pas là pour faire des poèmes mais on va un peu parler cours. Attendez ! Ne partez pas, on va pas parler des cours comme d’habitude, promis ! On en a vu des mille et des cents des articles / vidéos sur « comment se motiver à apprendre ? », « comment apprendre plus rapidement et efficacement ? », bla-bla-bla. La preuve, j’avais fait un article à ce sujet disponible ici : Astuces d’organisation pour les cours.

MAIS, j’avoue vous avoir donné des astuces plutôt basiques, ce qui ne va pas être le cas aujourd’hui [enfin je l’espère… Nan nan c’est bon, je suis sûre, va y, reste!] 

Tout d’abord il faut savoir un truc primordial : je n’aime pas apprendre mes cours. Voilà, c’est dit. Bon, concrètement, j’imagine que je ne suis pas seule dans ce cas. Cependant, depuis cette année j’ai développé plusieurs techniques qui font qu’apprendre devient plus intéressant, même amusant, qui l’eu cru ? [bon, ça aide parce que je suis dans la branche qui m’attire qu’est la communication mais ces astuces peuvent fonctionner avec le collège / lycée j’en suis certaine !]

oups.jpg

La technique de base n’est pas si compliqué : je me considère comme une enfant.

Autrement dit, je considère que je suis très facilement et vite distraite et que je comprends mieux les choses avec des dessins, des couleurs, bref, du ludique. De là, après c’est pas si compliqué, je m’adapte. Étant enfant, j’ai appris que 2+2 fait 4 à l’aide de mes doigts, de billes et de brindilles. Maintenant, comment transposer cette technique pour apprendre des choses plus compliquées genre calculs sur trois lignes ou définitions de deux pages ? Plusieurs comportements, plusieurs techniques.

 la number one –

L’une d’entre elle consiste à faire des gestes ou des mimes afin d’apprendre une succession d’idées ou de mots. Mais pas n’importe lesquels ! Je m’explique. Est ce que vous connaissez le palais mental ? En gros, c’est une représentation mentale [qui se passe donc dans la tête] d’un endroit. Cet endroit peut être créé de toute pièce par votre imaginaire ou bien, solution plus simple pour débuter, cet endroit peut être un lieu que vous connaissez, votre chambre par exemple. Le principe de ce palais mental [ça fait classe quand même le mot palais], c’est qu’à chaque fois qu’on a une liste de choses à apprendre, il suffit de déposer une image par idée à un endroit dans le lieu qui sert de palais mental, donc dans votre tête. Ça marche par exemple avec une liste de courses. Admettons que vous devez acheter 2 tomates et un jambon : vous placez les tomates sur votre lit et le jambon sur votre bureau [dans votre tête bien entendu], vous visualisez tout ça et hop, ça reste imprégné. Bon, si vous n’avez pas tout compris, allez voir la vidéo de Fabien Olicard, c’est très bien expliqué. Mais bon tout ça pour dire qu’il s’agit tout de même d’une technique un peu complexe car elle se passe exclusivement là-haut dans le cerveau et ça peut être dur au début. Toutefois, sur la base de la représentation, je vous propose une technique plus « matérielle » : une succession de gestes. Une sorte de théâtre muet avec vos mains en gros. Ça reste en tête plus longtemps que si vous apprenez une liste de mots en les répétant tout simplement parce que vous aurez mis une image sur votre idée. Mais surtout, le gros point positif, c’est que vous apprendrez beaucoup plus vite ! Essayez, vous serez étonnées ! Et le must-have ? Ça développe la créativité !

pinceaux créatifs.jpg

 la number two –

La technique suivante est réservée aux plus scolaires, autrement dit, à ceux qui font des fiches. Sauf que, des fiches bristol toutes identiques, écrites de la même couleur et reprenant le cours sur des pavés à n’en plus finir, je vous le dit : à part avoir le sentiment que le cours est moins long [et encore] : ça ne sert à rien. L’objectif premier c’est déjà de mettre des couleurs. Je parle d’objectif comme vous aurez pu le remarquer parce que pour certaines personnes, mettre des couleurs, c’est difficile. Tellement habituées à écrire en bleu/noir/rouge/vert, dès que du rose se pointe ou ah sacrilège du violet c’est la panique, ça ne va pas. Mais je te le dis à toi, qui t’es peut-être reconnu : ça va très bien, au contraire. Déjà, bouleverser les vieilles habitudes, ça permet d’avancer mais en plus les couleurs permettent de bien se repérer !
Le mieux, c’est également de changer d’écriture. Bon alors je ne vous demande pas de changer d’écriture à chaque phrase mais pour un titre particulier ou une définition plus importante que les autres, des majuscules ou un coup de crayon plus appuyé par exemple, ça peut faire la différence et votre cerveau le retiendra plus rapidement et pour plus longtemps !
Enfin, pour les plus ouverts d’entre vous je vous conseille l’arme ultime : les dessins. Et ne paniquez pas, vous n’avez pas besoin d’être un designer ou un artiste pour y arriver. Le principal, c’est de personnaliser ses fiches [ou son cours si jamais vous apprenez directement dessus mais j’avoue que j’ai vraiment une préférence pour les fiches qui selon moi, permettent de mieux comprendre]. Lorsque vous faites des fiches toutes identiques, de la même couleur, c’est plutôt difficile d’en retrouver une visuellement dans sa tête après, non ? Alors que lorsque l’on fait des dessins, mets des couleurs, on visualise beaucoup plus rapidement et miracle le cours reste en tête beaucoup plus facilement ! Vous vous créez alors des souvenirs de travail agréables [whaou is it possible ?] et must-have c’est cadeau : quand vous devrez relire votre cours, vous ne rechignez plus : vous aurez envie d’apprendre ! Bon, pas une envie comme on a envie  de faire caca d’une glace quand il fait chaud mais vous serez moins réticents disons.

glace

 la number three –

Troisiiiième astuce : se prendre pour un prof. Dédoublement de la personnalité : vous vous parlez… à vous même. [Nan mais ça va pas, je suis pas folle, je vais pas parler toute seule dans le vide ?] Au diable les « c’est ridicule », je le clame haut et fort : « c’est essentiel! ». En parlant comme si on était le professeur qui apprenait à ses élèves : on explique. Cela permet donc de savoir si l’on a compris le cours mais ce n’est pas tout : on fait également marcher l’apprentissage par l’auditif qui est souvent plus délaissé au profit du visuel.. Et pour ceux qui voudraient s’impliquer encore plus, mais surtout avoir une preuve de leurs travail, pouvoir le visionner par la suite : enregistrez vous en vidéo. En plus, si vous vous tentez à un petit montage sympa, c’est toujours plus agréable pour le re-visionner par la suite, vous repasserez les passages en boucle car on revient fréquemment sur la séquence pour écrire/couper [bref, réaliser le montage] et… miracle : ça va rentrer dans votre tête, hop ! N’hésitez pas également à ajouter, pendant le montage, des mots importants écrits en gros sur la vidéo voir des emojis représentatifs d’une idée ! Cela permet de mettre une image existante sur un mot et ça rajoute encore plus de chances pour retenir l’information ! Le must : vous pourrez admirer votre beau visage ainsi que votre voix si suave ou vous voulez, quand vous voulez afin de vous rappeler le cours en question. Et l’astuce qui claque de ouf : au montage, ne coupez pas les moment de flottement [sauf s’ils durent trop longtemps évidemment] et ne refaite pas un passage juste parce que vous vous êtes trompés sur un mot : le fait de prendre conscience de votre erreur fera qu’à chaque fois que vous regarderez le passage en question vous vous rappellerez de l’erreur et ça rentrera plus facilement que si tout était parfait ! Bon après, ne faites pas des erreurs partout, sinon vous allez vous y perdre.

parler seul.jpg

 la number four –

Astuce suiiiivante : oui, cet article est long, très long, mais j’espère qu’il sera utile, en tout cas, je suis ravie de pouvoir l’écrire, tant pis si je suis la seule à le lire en entier. Bref, revenons à nos sheeps [non, pas les chips, arrête de toujours penser à manger, là je parle des moutons] et parlons rimes et initiales. Les rimes, c’est comme pour la poésie que tu récitais en primaire, ça permet de faciliter la mémorisation. Aussi, si tu peux faire des rimes quand tu apprends une définition par exemple, c’est que du plus pour ton apprentissage. Mais je conçois que ça peut être compliqué. Heureusement, il y a d’autres techniques qui existent comme notamment celle des initiales ! Admettons que tu doive apprendre quatre grands fondamentaux d’une théorie par exemple. Retient les premières lettres de chaque nouvelle idée et mets les dans un ordre que tu seras à peu près sûr de retenir. Ensuite, relis les mots plusieurs fois, visualise les initiales, imprègne les en toi et hop ! Tu viens de te créer une astuce mémo-technique !
Le must : si ça forme quelque chose de déjà existant genre TIC, BAC ou OUPS, ça sera toujours plus facile à mémoriser.

mouton.jpg

 la number five –

Enfin, dernière technique : le changement. Apprendre un cours dans sa chambre et un autre dans son salon permet par exemple d’associer une ambiance, un environnement à l’apprentissage et ainsi de créer certains souvenirs sur certaines idées du cours. Mais ça peut aussi marcher avec un parfum particulier, avec un biscuit ou un bonbon, etc. [askip, les dix minutes après avoir mâché un chewing-gum permettent une excellente mémorisation, vous y croyez, vous ?] Même pendant un moment de flottement intellectuel où vous clamerez à votre soeur une définition, juste pour lui montrer à quel point c’est difficile, ne sera pas vain. En effet, vous créerez le souvenir dans votre tête et la définition deviendra plus simple à retenir.

appareil photo

Voilà, j’ai fini. Cet article était plutôt long mais il me tenait à coeur de le rédiger car mon précédent écrit sur les cours n’était pas assez représentatif de mes propres techniques. Je rajouterais tout de même quelque chose si vous le permettez : combiner l’ensemble de ces techniques ou au moins deux ou trois ensemble augmentera vos chances de retenir une leçon, alors, ne vous privez pas ! Qui a dit qu’on ne pouvait pas travailler en s’amusant ? [la dirigeante de l’endroit où j’ai réalisé mon stage de troisième, elle voulait pas que dans mon rapport j’écrive qu’une des employées m’avait montré qu’on pouvait travailler en s’amusant, ça m’est toujours resté en travers de la gorge, j’avoue.] 

N’hésitez pas à me dire dans les commentaires [si vous avez lu jusque là] si vous aussi vous avez des techniques de travail un peu particulières [genre si vous apprenez la tête à l’envers ou je ne sais quoi encore], originales ou encore créatives. Également, n’hésitez pas à me dire si vous utilisiez déjà des techniques parmi celles que je vous ai présentées ou bien si l’une d’entre elles vous tente bien. Allez, soyez pas radins, moi j’ai écris tout ça pour vous, vous pouvez bien me laisser une petite phrase, histoire que je me sente moins seule.

bisous

Bisous & Amitié,

Flora.

Publicités

9 réflexions sur “Entre deux tomates [🍅] et un jambon [🍗], apprenons [📚].

  1. Lili, littératiste dit :

    super techniques, merci beaucoup de les avoir partagés 🙂 ! Moi j’ai tendance à faire beaucoup de shéma, et les fiches sont assez indispensables parce que mes cours c’est des Bd ambullante xD je dessine pour me de stressé (oui mes brouillons d’examen c’est nimp du cou), aussi pour m’évader un peu j’ai des troubles de concentrations si j’écoute juste le cours (oui les profs en ont marre de mon classeur et ca retombe en conseil de classe…mais bon j’y peu rien et puis c’est grace a ca que j’ai des bons résultats alors je vais pas boire leur parole en les regardants droit dans les yeux pour bousiller ma scolarité! decidement on peut vraiment pas etre originale dans cette société…)
    Donc des fiches, des shémas réécrire le cours en le lisant a voix haute et …chanter. Pénible pour mon entourage (je sais pas si je chante bien, certains me disent inscrit toi à une chorale tu as une belle voix d’autre tu as une voix aiguë moche ferme ta bouche donc…) mais en tout cas cela marche bien. Un cours sur la trigonométrie passe beaucoup mieux sur l’aire de sa chanson préférée xD

    Aimé par 1 personne

    • flowriteblog dit :

      Ah contente qu’il t’ai plu! 😊 J’ai longtemps hésité à le sortir car je le trouvais long et je ne savais pas si mes techniques étaient intéressantes 😂 Du coup, ton commentaire me fait hyper plaisir, j’espère que les techniques te conviendront, merci ! 😉😘

      Aimé par 1 personne

  2. Limistic dit :

    J’utilise la technique des fiches avec pleins de couleurs et de coup de fluo ! Mais pour mieux m’y retrouver j’associe les couleurs à des choses spécifiques : fluo rouge pour les dates importantes, en jaunes les noms et lieux à savoir, en rose les mots particuliers et les notions à connaitre, au stylo vert les exemples, etc. C’est beaucoup plus simple de cette façon ! J’avoue que je me parle aussi beaucoup à moi même, je récite à voix haute. Pour les synthèses en langues je m’enregistre sur mon portable et j’écoute en boucle en continuant à faire mes petites à faire. Un peu rébarbatif mais efficace ! 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s