Askiip on a peur.

Heey!

Aujourd’hui on se retrouve dans un nouvel article carrément différent de d’habitude. En fait, je vous explique. Il se trouve que j’ai remarqué que pas mal de gens avaient une phobie. Vous savez, cette peur bleue qu’on a de quelque chose. Mais le problème c’est les noms. Je n’arrive jamais à retenir le nom des phobies et leurs significations. Aussi, j’ai pris un peu de mon temps pour faire mes recherches et enfin résoudre ce problème de culture avec lequel je vivais jusque là. Evidemment, j’ai pensé à vous et me suis dit que peut-être, je n’étais pas la seule dans ce cas. Voici donc un article intelligent [pour une fois?], j’espère qu’il va vous apprendre quelques trucs, histoire de se coucher moins bête, vous savez ?

article sur quelques phobies expliquées

Tout d’abord, ma phobie. Oui, oui, je suis obligée de commencer par là les gars, m’en voulez pas! Donc ma phobie c’est la fibulanophobie. Et si vous tenez à savoir ce que c’est je vous invite à cliquez sur ce nom un peu bizarre pour découvrir l’article que j’ai fait à ce sujet. Et pour plus de détails, je vous redirige aussi sur celui-ci qui est très bien expliqué !

Ceci étant dit, passons au coeur de l’article, parlons des autres phobies qui ne me concerne [presque] pas. En fait, il en existe tellement que c’est impossible de toutes les citer, et puis, ça risque aussi d’être un peu ennuyeux alors j’ai fait une petite sélection de 10 phobies dont je voulais connaitre le nom.

L’agoraphobie ou l’ochlophobie.

Je connaissais l’agoraphobie mais pas l’ochlophobie. En fait, c’est quasiment la même chose mais faisons dans le détail, je vous rappelle qu’on souhaite se coucher plus cultivé. Donc, pour la subtilité, l’agoraphobie c’est la peur des espaces publics. L’ochlophobie quant à elle, c’est la peur de la foule. Donc, en soi, ça se rapproche carrément mais c’est un peu différent. Le truc, c’est que ça doit être hyper handicapant. D’après mes recherches, cette phobie peut être provoquée par une peur des bousculades mais aussi par une peur du regard des autres ou encore, elle peut exprimer un besoin de reconnaissance, de ne pas être confondu avec les autres, d’être reconnu comme unique et singulier !
La prochaine fois, quand la foule m’énervera [oui, la foule m’énerve parce que ça nous ralentit et j’aime pas être ralentie. Non, non, je ne suis pas impatiente u.u], je penserais aux gens qui en ont peur, ça devrait m’aider à me calmer, je pense !

La carpophobie.

En tant que glandeuse et amoureuse de Youtube, il se trouve que j’ai, un beau jour, découvert l’émission « C’est mon choix ». Mille ans après la guerre me direz vous mais bon, chacun à le droit d’être en retard, hein ! Bref, je suis tombée sur une émission qui parlait de phobies et j’ai découvert… la phobie des fruits! Oui, oui, la phobie des fruits. On connaissait la phobie des bananes grâce à la chanteuse Louane mais la phobie des fruits en général, personnellement j’ai été étonnée ! Enfin, après tout, j’ai bien l’impression qu’il existe une phobie pour chaque chose en ce monde… Mais bon, la phobie des fruits, aussi appelée carpophobie, peut être très handicapante. Bah, on connait tous le fameux slogan « mange cinq fruits et légumes par jours » mais les phobiques ils font comment ? En fait, c’est une phobie mais aussi un TCA, un Trouble de la Conduite Alimentaire si vous préférez. Du coup, il est conseillé de se faire soigner parce que ça peut devenir dangereux. Ok, ça rigole plus, là…

La trypophobie.

Je ne pourrais pas dire que j’ai cette phobie parce qu’un trou dans le sol ou dans le mur, ça me fait rien en soi [oui c’est la phobie des trous]. Mais je vous jure que les photos disponibles sur ce site me provoquent des démangeaisons. J’aime pas les petits trous comme ça, c’est vicieux et désagréable en fait. Ça veut rien dire mais j’arrive pas à expliquer, sorry, sorry. Toutefois, d’après mes recherches, je ne suis pas la seule (ouf!), apparemment c’est assez fréquent. Cela concernerait 15% de la population. En termes d’explications, je vais vous citer ce paragraphe d’un site qui donne une réponse plutôt satisfaisante.

« Les psychologues Arnold Wilkins et Geoff Cole, de l’université de l’Essex, affirmaient que les grappes de trous et leurs permutations ressemblaient par certains points aux animaux les plus dangereux du monde. Selon eux, notre peur correspond moins à une réaction consciente face à des images grotesques, qu’à une forme de défense instinctive contre des créatures susceptibles de nous faire du mal. […] Autrement dit, les humains sont sensibles à ce type d’image parce que leur composition les rend désagréables à regarder. »

L’arachnophobie.

Bon, on la connait pratiquement tous, c’est la peur des araignées. J’embraye là-dessus vu qu’on parlait de choses désagréables à regarder. Cette phobie touche quand même pas mal de personnes, ou du moins même si ce n’est pas à l’état de phobie, on les aime pas trop ces petites bêtes. Eh bien figurez-vous que d’après le site qui se trouve ici il y aurait 26 millions de personnes à ne pas aimer les araignées ! On a tous entendu « ce n’est pas la petite bête qui va manger la grande » de la part de nos grands-parents ou de nos parents tout court mais ça n’y fait rien, on a quand même peur. En fait, il parait qu’on aurait peur des araignées parce qu’elles représentent ce que l’humain juge comme « désagréable » à regarder. Ugly, vous voyez ? Bon, après, bien entendu, il y a des degrés de peurs différents en ce qui concerne les araignées. Certains vont s’en éloigner, d’autres vont crier, d’autres vont être pétrifiés. En tout cas, j’ai trouvé un article très intéressant disponible juste ici qui pourra peut-être vous permettre d’avoir un peu moins peur…

L’ailurophobie.

C’est la phobie des chats. C’est dommage, c’est si mignon un chat ! Tandis que je lutte avec mon allergie pour eux, d’autres en ont peur et je vous avoue que c’est une phobie que j’ai du mal à comprendre, d’où mes petites recherches à ce sujet. En fait, cette phobie serait due à la peur d’être griffé ou mordu. Après, c’est comme pour toutes les phobies animales, les zoophobies pour utiliser un terme plus approprié, ça peut venir d’un traumatisme ou d’une association consciente ou non à quelque chose que l’on n’aime pas. Après, je reste persuadée que toutes les phobies peuvent être guéries. Prenons par exemple la cynophobie. il s’agit de la peur des chiens. Quand j’étais petite, mon père s’est fait mordre par un chien sous mes yeux. Moi, je ne m’en souviens pas mais j’ai assisté à la scène. Sans doute, dans mon inconscient, j’ai donc associé le chien à quelque chose de méchant. Pourtant, avec le temps, j’ai appris à approcher des chiens et maintenant ça va mieux. Je crois que la phobie animale dépend vraiment des animaux que l’on côtoie. Evidemment, vous aurez plus peur d’un chien qui grogne que d’un chien qui est allongé bien sagement en quête de caresses. Bref, je me suis carrément éloignée mais vous avez compris le principe.

L’ornithophobie.

Vu qu’on parlait animaux, je me suis dit que j’allais ajouter cette phobie à la liste. Généralement, les gens ont peur des pigeons. Sans doute parce qu’ils ne sont pas très beaux et que ce sont des oiseaux qui volent vraiment n’importe comment. Vous voyez comment conduise les humains ? Eh bien en ce qui concerne les pigeons, c’est un peu le même genre en fait. J’ai toujours l’impression qu’ils vont foncer dans quelqu’un, c’est fou ! Enfin bref, je ne suis pas là pour vous parler du vol des pigeons qui laisse à désirer. En fait, il n’y a pas de nom pour désigner la phobie des pigeons mais plus globalement, on nomme ornithophobie la peur des oiseaux [et pas des ornithorynques].

La climacophobie.

Digne des plus grands films d’horreur j’ai nommé… la phobie des escaliers ! Mais plus précisément la peur de les descendre, accentuée s’il n’y a pas de rampes ou si des personnes pressées se trouvent derrière !
Réfléchissez, ça peut être quand même carrément handicapant comme phobie parce que en soi, des escaliers, il y en a quasiment partout !

La nomophobie.

Et je vous propose de finir avec cette phobie apparue il y a peu, en 2008. Bon, ça fait quand même dix ans mais bon c’était il y a pas si longtemps quand même! Il s’agit d’une phobie assez drôle mais au fond, révélatrice de notre génération beaucoup trop connectée. Pourquoi ? Il s’agit tout simplement de la peur de perdre son téléphone portable ! En fait, c’est une peur de la solitude dissimulée puisque qui dit plus de téléphone dit plus de moyens de communication. Embêtant ? Oui, certes, mais lâcher son téléphone quelques fois, ça ne fait pas de mal, surtout quand on est avec des amis. On aura bien le temps d’envoyer des sms plus tard aux personnes qui ne sont pas présentes.

Voilà, voilà! J’achève mon article ici en ayant bien conscience que je suis passée à côté de pleins de phobies ! C’est pourquoi si cet article vous a plu, je pourrais en faire un nouveau un de ces jours !
N’hésitez pas à me partager vos impressions sur cet article un peu plus « culturel » que d’habitude mais aussi à me partager vos phobies en commentaires !

Bisous & Amitié,

Flora.

Publicités

8 réflexions sur “Askiip on a peur.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s