La Voleuse de Livres – Markus Zusak

HolĂ !

Unknown

Aujourd’hui j’ai dĂ©cidĂ© de vous parler d’une de mes histoires prĂ©fĂ©rĂ©e si ce n’est mon histoire prĂ©fĂ©rĂ©e : La voleuse de livres. Mais j’ai dĂ©cidĂ© de changer un peu le format de l’article car je ne voudrais pas que vous tombiez dans une routine inextricable. Tout d’abord prĂ©sentons cette magnifique histoire. Aujourd’hui je vais vous parler du livre mais sachez que le film est Ă  voir, les scĂšnes sont trĂšs bien filmĂ©es et les Ă©motions trĂšs bien transmises.

Il s’agit de l’histoire de Liesel Meminger, orpheline pendant la 2nd Guerre Mondiale. AnalphabĂšte, elle se met a aimer les mots grĂące, notamment, Ă  son pĂšre adoptif qui lui apprend Ă  lire et Ă©crire. A cette dimension enfantine s’ajoute l’ambiance de la guerre et du rĂ©gime totalitaire sous Hitler. Le gĂ©nocide des Juifs est Ă©voquĂ© et nous transmet toute l’horreur de l’époque. Dans le langage Liesel va y trouver un Ă©chappatoire et les livres vont devenir sa raison de vivre. Cet ouvrage, en plus de transmettre de superbes messages d’espoir, nous offre une vision historique de la guerre vu de l’intĂ©rieur par les allemands eux mĂȘmes.

Mon avis :

Inutile de vous redire Ă  quel point j’ai adorĂ© cette histoire, je pense que vous l’aurez compris. L’histoire en elle mĂȘme Ă©tant dĂ©jĂ  poignante, si vous regardez le film, ce que je vous conseille fortement, vous risquez de ne pas ĂȘtre déçus. On retrouve toutes les scĂšnes que l’on espĂšre et qui plus est, mises en scĂšne de façon agrĂ©able. Le rĂ©cit nous vient de la mort, qui est le narrateur. Cela ajoute une atmosphĂšre pensante et permet d’avoir un point de vue vraiment intĂ©ressant.

Petits secrets de tournages trouvés sur internet :

A la recherche de la rue Himmel
L’équipe de La Voleuse de livres a tournĂ© principalement aux studios de Babelsberg Ă  Berlin, mais a passĂ© des semaines Ă  dĂ©nicher la rue Himmel, rue imaginaire oĂč se situe la maison de la famille Hubermann. Pour le chef dĂ©corateur, Simon Elliott, cette artĂšre constitue le point central de ce film d’époque : « La Voleuse de livres est un roman tellement populaire que tout le monde s’est fait son idĂ©e de la rue Himmel. (
)  Nous avons trouvĂ© des rues qui ressemblaient plus ou moins Ă  l’idĂ©e que nous nous faisions de la rue Himmel un peu partout dans le pays, mais nous ne voulions pas faire de compromis, c’est pourquoi nous avons finalement dĂ©cidĂ© de la construire nous-mĂȘmes ». RĂ©sultats : une colline a Ă©tĂ© Ă©rigĂ©e Ă  l’une des extrĂ©mitĂ©s de la rue Himmel et prĂšs de 1 000 tonnes de dĂ©bris ont Ă©tĂ© ajoutĂ©es Ă  ce dĂ©cor authentique, exclusivement construit en studio.

Des tempĂ©ratures extrĂȘmes
Lors du tournage dans la ville de Görlitz, situĂ©e le long de la riviĂšre Neisse de Lusace, dans la Saxe, l’Ă©quipe du film a dĂ» faire face Ă  des tempĂ©ratures extrĂȘmes atteignant jusqu’Ă  -16 degrĂ©s. Des conditions climatiques difficiles, mais nĂ©cessaires pour re-contextualiser une scĂšne emblĂ©matique du film, celle oĂč des Ă©tudiants nazis enflamment des livres d’auteurs jugĂ©s rĂ©volutionnaires Ă  l’époque. Pour obtenir l’autorisation de tournage de cette scĂšne, l’équipe a d’ailleurs dĂ» recourir Ă  une dĂ©rogation, en raison de la loi interdisant l’étalage des emblĂšmes nazis au sein des espaces publics.

Citations du roman :

« Parfois ça me tue, la façon dont les gens meurent. »

« Il y a pire qu’un garçon qui vous dĂ©teste : un garçon qui vous aime. »

« Quelques petites vérités:
Je n’ai pas de faux, ni de faucille. Je ne porte une robe noire Ă  capuche que lorsqu’il fait froid. Et je n’ai pas cette tĂȘte de squelette que vous semblez prendre plaisir Ă  m’attribuer. Vous voulez savoir Ă  quoi je ressemble vraiment? Je vais vous aider. Allez vous chercher un miroir pendant que je vous poursuis. »

« Evidemment, c’est trĂšs impoli de ma part. Je suis en train de gĂącher non seulement le dĂ©nouement du livre, mais la fin de ce passage particulier. Je vous ai annoncĂ© deux Ă©vĂ©nements, parce que mon but n’est pas de crĂ©er un suspense. Le mystĂšre m’ennuie. Il m’assomme. Je sais ce qui se passe, du coup vous aussi. Non, ce qui m’agace, me trouble, m’intĂ©resse et me stupĂ©fie, ce sont les intrigues qui nous y conduisent. »

« Imaginez que vous deviez sourire aprÚs avoir reçu une gifle. Imaginez maintenant que vous deviez le faire vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Voilà ce que cela impliquait, de cacher un juif. »

« On peut faire beaucoup de mal Ă  quelqu’un en le laissant vivre. »

« Tu me donnes un baiser, Saumensch? » dit-il.
L’air qu’il respirait Ă©tait cristallin et atrocement froid, sans parler de l’Ă©treinte douloureuse de l’eau, des orteils aux hanches.
Tu me donnes un baiser?
Tu me donnes un baiser?
Pauvre Rudy. »

« J’aurais aimĂ© lui expliquer que je ne cesse de surestimer et de sous-estimer l’espĂšce humaine, et qu’il est rare que je l’estime tout simplement. »

Bisous & Amitié,

Flora.

Publicités

9 réflexions sur “La Voleuse de Livres – Markus Zusak

  1. Lili, littĂ©ratiste dit :

    Totalement d accord avec toi, la voleuse de livres est un livre totalement absolument gĂ©nial, je l’ai adorĂ© et j’avais mĂȘme prĂ©parĂ© un sujet d’histoire de l’art dessus : )

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icÎne pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez Ă  l'aide de votre compte Google+. DĂ©connexion / Changer )

Connexion Ă  %s